les Soirées Culturelles et Musicales du Cercle du Pont des ARTS’MONIES

LogoPontDesArtsMonies-MiniWeb

Les Soirées Culturelles et Musicales du

Cercle du PONT DES ARTS’MONIES

A l’image des salons parisiens d’autrefois, le Cercle du Pont des Arts’monies s’est donné pour mission de soutenir le développement de la carrière des Artistes musiciens.

Les salons parisiens:

Au siècle des Lumières, les salons littéraires étaient organisés par des personnes qui invitaient des célébrités littéraires et philosophiques, telles que Diderot, Marivaux, Grimm, Helvétius…

C’étaient des lieux d’échange où l’on aimait débattre et où l’élite intellectuelle, scientifique et artistique aimait à se retrouver.

Ainsi, Ninon de Lenclos, surnommée la « reine des salons parisiens », est devenue le symbole de l’aristocrate cultivée et rayonnante. Comptaient parmi ses invités, des personnalités telles que : Fontenelle, François de la Rochefoucauld, Paul Scarron, Jean-Baptiste Lully, Jean de La Fontaine, Philippe d’Orléans, le duc de Saint-Simon, Charles Perrault , le peintre Nicolas Mignard, Jean Racine, Nicolas Boileau, Condé, la princesse Palatine, Marie Desmares, la tragédienne dite la Champmeslé, etc.

salon

Du XVIIIeme au XXeme siècle…

Au XVIIIème siècle, Diderot, d’AIembert, Helvétius, Raynal, Grimm, l’abbé Galiani, etc. se retrouvaient dans le salon du baron d’Holbach.

Chopin_concert

Un célèbre salon du XIXeme siècle fut celui de Juliette Récamier à l’Abbaye aux Bois. Figuraient parmi ses habitués : Victor Hugo, Lamartine, Alfred de Musset, Alexandre Dumas, Balzac, Sainte-Beuve, Alfred de Vigny, Eugène Delacroix, Liszt, et bien d’autres encore.

Robert de Montesquiou

Robert de Montesquiou (dont M. Proust s’est inspiré pour le personnage du Baron de Charlus dans « La recherche du temps perdu »)

Proust peint par Jacques-Emile Blanche

Marcel Proust, par Jacques-Emile Blanche

Plus récemment, sous la Troisième République, de nombreux salons virent le jour à Paris, dont celui de la Comtesse Marie Joséphine Anatole Louise Élisabeth de Riquet de Caraman-Chimay, immortalisée sous le nom de comtesse Greffulhe. Ces salons furent fréquentés par des gens de lettres tels Marcel Proust, Paul Hervieu, Jules Lemaître, Robert de Montesquiou ou Guy de Maupassant.

Au cours du xxe siècle, l’histoire des salons connaît des tournants décisifs ; alors qu’ils sont au début du siècle à leur apogée – devant des lieux de mondanités artistiques incontournables – ils connaissent finalement un déclin dû aux bouleversements modernes du milieu littéraire et artistique.

Dans un intérieur Art déco créé par Jean-Michel Frank, Marie-Laure et Charles de Noailles donnaient de somptueuses réceptions dans leur hôtel particulier où la haute société parisienne et internationale côtoyait les artistes et les intellectuels du moment. On pouvait y rencontrer Darius Milhaud, Man Ray, Jean Hugo, Luis Buñuel, les frères Giacometti, Jacques Lacan et de nombreux autres…

Plus près de nous...

Dans les années 1960, Daniel Guillaume eut l’occasion d’y être invité (grâce à son ami Hubert de Saint-Senoch, héritier de la fortune des Heriot) et en a gardé un souvenir impérissable.

Désirant faire revivre cette tradition des « salons parisiens », il s’est joint à Jean-Charles Goldstuck pour créer « le Cercle du PONT des ARTS’MONIES ».

C’est donc dans cet esprit que le cercle organise régulièrement des soirées culturelles afin de soutenir des artistes représentant les 5 Arts majeurs, et ainsi créer des liens privilégiés entre les participants.

Mélomanes, chefs d’entreprise, artistes, écrivains, etc. tous partageant, avec éclectisme, les mêmes exigences dans leur quête artistique.

Les commentaires sont clos.